Vivre avec le Covid-19, mesures et conséquences

Vivre avec le Covid-19, mesures et conséquences

Le coronavirus a bouleversé la vie des Français, dans un premier temps avec la fermeture des restaurants, des établissements scolaires ainsi que la suspension des événements sportifs et culturels. Mais aussi en apportant des changements importants sur les habitudes de la population. On parle notamment du confinement, de la distanciation sociale, du télétravail, du chômage partiel ou encore de l’école à domicile.

Bien sûr, lors de sa conférence de presse le 19 avril dernier, Édouard Philippe déclarait à propos du déconfinement à venir que « Notre vie à partir du 11 mai, ce ne sera pas la vie d’avant le confinement, pas tout de suite et probablement pas avant longtemps… Nous allons devoir apprendre à vivre avec le virus ». Ainsi, il faudra mettre en place des mesures pour apprendre à vivre avec le virus… Mais lesquelles ? Et quelles ont été les conséquences de ce virus, bonnes comme mauvaises ?

Un retour à la normale, oui, mais pas encore pour tout de suite…

Le 11 mai marquera officiellement la fin progressive du confinement, certes, mais le virus quant à lui est bien présent et le restera sans doute pendant encore une durée incertaine. Sauf dans l’éventualité où il disparaîtrait de lui-même, qu’un vaccin soit trouvé très rapidement, ou que le seuil des 70 % de la population contaminée et immunisée soit atteint.

Ainsi, le virus va continuer à rythmer la vie des Français dans les moindres gestes du quotidien comme aller faire ses courses, se rendre sur son lieu de travail, partir en vacances, se rendre au restaurant ou encore profiter d’un film au cinéma.

Des mesures et des gestes barrière pour limiter la propagation du virus en France

gestes coronavirus

La généralisation des masques de protection

À l’instar de ce qu’il est possible de voir depuis une dizaine d’années dans les pays asiatiques, il est très probable qu’on assiste en France à une généralisation du port du masque dans les lieux publics comme les hôpitaux, salles de spectacles ou transports en commun pour l’ensemble des citoyens.

En effet, ces masques protègent les porteurs des gouttelettes émises par les personnes ayant été contaminées par le covid-19 lorsqu’elles toussent, éternuent ou parlent. Ainsi, la propagation de ce virus, et même d’autres maladies connues, est ralentie et le nombre de personnes contaminées peut être amoindri.

Et en attendant de voir si des masques seront distribués à la population, il est possible de se rendre sur certaines plateformes, telles que celle-ci, pour trouver des masques et visières de protections. Ainsi, vous pourrez sortir protégé en tout temps, que vous vous rendiez au travail ou au magasin pour faire vos courses.

Essor des visières, des hygiaphones et vitres de protection

L’épidémie de coronavirus a également favorisé l’essor de matériel plus sophistiqué, diminuant les risques de contamination. En effet, depuis le 17 mars dernier, de nombreux commerces, supermarchés, pharmacies, hôpitaux ou poste ont équipé leurs salariés de visières de protection et parfois de masques. Mais de plus, les différents comptoirs se sont vu améliorer, à l’aide d’hygiaphones et de vitres de protection.

Ces dispositifs pourraient même se retrouver dans d’autres lieux, tels que dans les boutiques de vêtements, les espaces d’accueil des bibliothèques, les cinémas, voire même les restaurants. Il est ainsi possible de voir des vitres de protection se mettre en place pour séparer les tables des clients dans un contexte de post confinement.

Signalétique, flyers, dépliants et stickers

Vivre avec le virus impliquera également de prendre des informations régulières sur le Covid-19. Notamment, les supermarchés ainsi que les cabinets médicaux ont déjà commencé à informer leurs salariés et leurs clients des principales mesures à respecter et des nouveaux processus d’organisation du travail. L’État en fera de même à la destination de l’ensemble des citoyens français.

Que ce soit à l’aide de panneaux, des totems ou kakemonos, de flyers ou encore d’affiches, l’information est primordiale. Ces outils de communication auront donc tendance à se multiplier partout dans l’espace public et, pourquoi pas, dans les boîtes aux lettres.

Les conséquences de la vie avec le virus

Plus de télétravail

Les neuf derniers mois, avec les grèves SNCF, le mouvement des gilets jaunes et aujourd’hui le coronavirus, le télétravail s’est largement développé dans les entreprises. En effet, ce nouveau mode de travail répond à un objectif de limitation des risques de contagion, puisque les différents acteurs de la société ne sont pas en contact direct. Ainsi, il est probable que le télétravail soit adopté à plus grande échelle dans les entreprises pouvant se le permettre.

De plus, on peut dire que le télétravail est aussi bon pour l’écologie. Et ce, grâce à une réduction des émissions de gaz à effet de serre, puisque les déplacements sont limités à leur strict nécessaire. Des bénéfices sous-adjacents qui pourraient peser gros à terme.

De nouveaux rapports sociaux

Paradoxalement, le confinement a eu pour effet bénéfique de créer un élan de solidarité envers les corps soignants et les personnes vulnérables. Ainsi, une nouvelle forme de relation sociale s’est créée, avec une meilleure compréhension des autres, et une plus grande empathie envers ceux qui sont dans le besoin.

Aussi, malgré la distance, on n’a jamais été aussi proche de sa famille et de ses voisins que pendant cette période. Une ironie, certes, mais il y a fort à parier que les liens sociaux seront dorénavant plus forts que jamais.

Prêt à vivre avec le virus ?

C’est certain, les Français sont prêts à apprendre à vivre avec le coronavirus. Bien sûr, il sera difficile de continuer à garder leur comportement et leurs habitudes de distanciation sociale, respecter le mètre de sécurité dans les files et les salles d’attente ou encore se laver régulièrement les mains en tout temps… Mais toutes ses mesures seraient bonnes à prendre sur le long terme, pour éviter la propagation du Covid-19, mais aussi d’autres virus, connus ou non.